La Cène fait scandale

Artiste : Leonardo Da Vinci, 1452 – 1519, peintre, philosophe, astronome, architecte, sculpteur, mathématitien, ingénieur, diplomate, compositeur, poète, musicien (et bien d’autre.), mouvement de la Renaissance italitenne


Oeuvre : La Cène, 1494 – 1498, fresque Haute Renaissance, église Santa maria de Milan


Marque : Marithé et François Girbaud, 1967, prêt-à-porter français


Agence : service communication de la marque, photographe Bettina Rheims


 

Pour présenter leur nouvelle collection, la marque sort en 2005 cette affiche :Marithe-François-Girbaud-Cene.jpg

C’est une reprise très claire de la Cène de Léonard De Vinci. Cette oeuvre mythique représente le dernier repas du Christ. On retrouve cette fresque dans beaucoup d’églises, c’est l’image « officielle » de ce dernier repas décrit dans les textes sacrés.

Leonardo_da_Vinci_(1452-1519)_-_The_Last_Supper_(1495-1498).jpg

Le décor est épuré. Une pièce grise et une table qui tient en suspension dans l’air. On y retrouve 12 femmes et 1 homme de dos. L’oeuvre italienne est composée de 12 hommes et 1 femme ou 13 hommes selon les légendes.

Le Christ au milieu de la scène/cène est remplacé par une femme adoptant la même attitude (cheveux long, bras ouverts, bandeau traversant son torse). Les apôtres sont remplacés par des femmes adoptant la même attitude également. Seul l’homme est de dos en opposition avec l’oeuvre de De Vinci où la femme est de face.

Le repas n’est pas servi dans l’adaptation moderne, quelques pommes et du pain se trouvent sur la table. Cette dernière est gravée « Spring 2005 A.D » qui signe la nouvelle collection.

La partie supérieure de l’affiche est plutôt similaire à l’oeuvre originale, malgré les différences de genre et de vêtements (qui sont plutôt dans la tendance « boyfriend » avec des vestes très masculines). La partie inférieure marque une réelle différence. La Cène de De Vinci ne montre pas ce qui se passe sous la table. L’affiche de M&F Gribaud semble être l’ultime révélation de ce passage historique dans la religion.

On y aperçoit les pieds nus de la femme à la place du Christ dans la position dans laquelle ils étaient lors de sa mort. Son corps entier forme une croix. C’est un mélange de pieds nus et chaussés qui se touchent et s’entremêlent. Il existe une véritable liaison physique entre tous ces personnages. Deux femmes entourent l’homme a demi nu et créer un tension sexuelle. Il semble être le repas de ces dames. On retrouve des éléments modernes au sol comme une radio et un journal.

Cette affiche est comme une bombe dans la société en 2005. L’association « Croyance et libertés » crie au scandale. Cette association est une branche du haut clergé catholique.

Le terme d' »injure » à la communauté chrétienne est mis en avant face aux revendications de liberté d’expression de la marque. La position de l’homme est au cœur du scandale. Une amende est donnée à la marque face à l’incompréhension de cette dernière. C’est en 2006 que la Ligue des Droits de l’Homme permet à la marque d’éviter la condamnation.

Malgré le retrait des affiches et la mise sous silence de leur communication pendant une temps, ce scandale à cependant permis à la marque de se faire connaître comme une marque qui affirme son droit et sa liberté d’expression.

 

 

http://www.graphiste-webdesigner-montpellier.com/dossier-l-art-inspire-la-publicite/

https://www.girbaud.com/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marith%C3%A9_et_Fran%C3%A7ois_Girbaud

http://www.lacene.fr/la-cene-pub-girbaud.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_C%C3%A8ne_(Girbaud)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s