La Loïe Fuller aux Folies-Bergères

Artiste : Jules Chéret, 1836 – 1932, peintre lithographe, affichiste, mouvement de l’Art Nouveau


Oeuvre : Affiche, Folies-Bergère, La Loïe Fuller, 1893


Utilisation : Promotion du spectacle de la danseuse américaine Loïe Fuller aux Folies-Bergères


 

Quand les affiches de réclame deviennent des œuvres, partie 4 :

Contexte (bis) :La Belle Epoque est une période de progrès considérable en France. Elle fait naître de nouvelles habitudes pour les parisiens. Les spectacles prennent une place importante dans leur quotidien. De très nombreux cabarets et salles de représentations en tous genres s’ouvrent dans la capitale. On y retrouve des femmes, majoritairement danseuses, libérée de toutes pressions sociales traditionnelles. Elles évoluent et s’affirment dans leurs carrières à renommées internationales.

La femme utilisée pour la publicité de spectacle pendant la Belle Epoque est le symbole d’une libération, d’un renouveau pour la gente féminine. Elles ont des droits, s’assument et peuvent devenir des stars. On retrouve des carrières internationales avec les danseuses des cabarets de Paris. La femme est l’objet du mystère et instigue, elle devient donc bénéfique pour les finances des spectacles de la capitale. Ses courbes féminines, ses cheveux bouclés et lâchés ainsi que leurs robes voilés dansant dans le vent sont symbolique de l’Art Nouveau.

La danseuse américaine Loie Fuller fut aussi une grande artiste de la Belle Epoque dans la capitale. Le très populaire affichiste Jules Chéret lui consacra une affiche pour ses repésentations aux Folies-Bergères en 1893. Encore une fois, la femme est au centre de l’affiche et donc des regards. Elle semble légère, les cheveux au vent, tournant sur elle-même. Les voiles qu’elle porte sont très libres.  Sa chevelure et sa robes dansent formant des courbes volatiles. Elle est le symbole de la femme qui s’assume, la période de l’Art Nouveau marquant cette libération de la condition féminine. Malgré une inégalité toujours marquée, elles prennent une véritable place dans la société et certaines femmes comme les danseuses sont des modèles de libération féminines.

Cheret,_Jules_-_La_Loie_Fuller_(pl_73).jpg

 Affiche Jules Chéret, Folies-Bergère, La Loïe Fuller, 1893

Cette oeuvre de Jules Chéret est devenue un emblème de l’affiche de réclame sous l’Art Nouveau. Contrairement aux autres, l’aspect japonisant n’est pas présent. Cette illustration était afficher dans les restaurants, bureau de tabac (très courant à l’époque) et dans les salles de spectacles.

Cette affiche est bien reconnue comme étant une oeuvre d’art. L’époque était bien différente, le début de la publicité, ceux en charge de créer des affiches étaient majoritairement des artistes peintre et la diffusion était limitée à quelques exemplaires.

Loïe Fuller : http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=1071

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lo%C3%AFe_Fuller

https://fr.wikipedia.org/wiki/Folies_Berg%C3%A8re

L’art Nouveau en Europe 1890 – 1914, La Renaissance du Livre

L’ART NOUVEAU, J Miller, édition Grund

L’ART NOUVEAU, K.J Sembach / Taschen

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s